Horace Slughorn



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Horace Slughorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Horace Slughorn   Dim 29 Mar - 14:07

Prénom : Horace E.F.

Nom : Slughorn

Age : 104 ans

Description physique (5 lignes) :
Slughorn est de petite stature et extraordinairement gras. Lorsqu’il passe au travers d’une porte c’est son ventre que l’on peut apercevoir en premier. Son crâne est chauve et luisant. Il porte des habits délavés et démodés : une gilet pourvu de boutons d'or la journée et une belle veste de velours bordeaux à la maison. Ses yeux sont globuleux et il porte également une énorme moustache de morse aux poils argentés.
Dans sa jeunesse, il avait des cheveux épais et brillants et d'une couleur paille et portait une moustache d'un blond roux.

Caractère (5 lignes) :
Horace Slughorn est un des rare Serpentard a ne pas avoir des préjugés sur les sangs de bourbes. En effet lorsqu’il était enseignant il n’hésitait pas à montrer une admiration toute particulière pour Lily Potter, la mère de Harry. Cet homme aime s’entourer de gens influents quitte à en devenir un brin « pot de colle ». Sous cette fâcheuse apparence, Horace Slughorn reste tout de même un très bon ami de Dumbledore et ne s’est jamais montré attiré par le seigneur des ténèbres, un des ses ancien élève par ailleurs. On peut donc dire qu’il est foncièrement bon.
Slughorn, ancien professeur de potions à la retraite depuis 1981 et a donc nourris un bon nombre de passe temps afin de se divertir et ne plus penser à sa vie antérieure qui malgré ses aspects négatifs (contrainte d’emploi du temps, devoirs à corriger) lui plaisait bien. Il entretient durant son grand temps libre ses relations, rendant visite à ses anciens élèves influents, se faisant inviter à manger à droite et à gauche et profitant ainsi des autres. Il pense également de temps à temps à son grand ami Albus Dumbledore à qui il rend visite de temps à autre. Enfin Horace Slughorn s’entraîne également une fois par mois environ à concocter des potions magiques afin de ne pas perdre la main. Il s’entraîne aux potions les plus compliquées du manuel qu’il possède et les réussit la plupart du temps.

Histoire (7 lignes) :
Horace Slughorn est né en 1895 dans une famille de sang-pur, et à la richesse assez impressionnante. Les parents d'Horace étaient connus pour avoir grand nombre d'amis de la même situation sociale, et aussi très représentatifs du monde des sorciers. Dès qu'il était petit, il eut des amis qui ont tous réussi, comme le père de Cornelius Fudge, Bob Ogden et la petite-nièce de Milicent Bagnold. Il a toujours été très bien entouré. Il entra à Poudlard en 1906, et dit de prodigieuses études, en particulier das les domaines comme les potions, la botanique, et la métamorphose, dont le professeur de cette dernière était son grand ami Albus Dumbledore. Il quitta Poudlard en 1913, avec des ASPICs relativement excellentes. Il fit des études de potionnistes, et au lieu de devenir médicomage comme sa mère, il devint professeur de potions à Poudlard; ce qui l'aida encore plus dans les relations. Il était donc professeur de potions et directeur de Serpentard. Il créa le Club de Slug, rassemblant les élèves de la haute-société, à travers des repas et fêtes. Il quitta ensuite Poudlard pour avoir une paisible retraite.
____
Il a toujours était passionné par l’enseignement et il peut aujourd’hui qu’il est très doué dans la préparation des potions, matière qu’il a d’ailleurs enseigné durant de très nombreuses années. Sa scolarité s’est très bien déroulée, il passa ses BUSES et ses ASPIC avec un Optimal en potions. Il commença à enseigner Lassez jeune, la même année que le professeur Dumbledore qui débuta au poste de professeur de métamorphose. Il y resta durant de nombreuses années et fonda le club de Slug qui était constitué de ses étudiants favoris, composé aussi de l'élite des élèves, choisis pour leurs parents influents ou parce qu'Horace pensait qu'ils deviendraient des personnalités importantes quelques années plus tard. Horace qualifie ses réunions de "fêtes" ou de "soupers" mais ce sont surtout des petits évènements qui servent à se créer un réseau de relations. Le maître des potions est resté en contact avec ses anciens élèves et se sert de ces relations pour aider ses nouveaux chouchous. Bien sûr, il est aussi très content.

Rp narrant une scène clé de l'histoire de votre personnage (10 lignes MINIMUM) :

Profiter de sa retraite, couler ses derniers jours en paix, en posant un regard fier et satisfait sur votre vie passée, relevait de l’utopie lorsque l’on possédait en dépit d’un âge avancé les capacités magiques et le nom d’Horace Slughorn. Convoité par les mangemorts, qu’il avait, pour la plupart, eu le malheur de bichonner durant leur jeunesse – haute lignée et sang pur obligent – le bedonnant centenaire passait d’une maison à l’autre, comme une âme en peine, à la recherche d’un refuge sûr, et, surtout, confortable. Les devantures aguichantes de certaines demeures n’étaient malheureusement pas un gage de luxe. Une belle villa lui avait offert des matelas si durs qu’il avait dû user de ses talents en métamorphose pour les adapter à ses exigences et le contenu des garde-manger laissaient souvent à désirer pour un fin palais comme le sien. S’il trouvait son bonheur, souvent sous les traits savoureux d’un panier de fruits confis, qui semblait toujours destiné à l’accueillir, il pillait les réserves sans cérémonie. Il n’y avait pas de mal à profiter un peu des moldus après tout. Les maisons qu’il investissait n’appartenaient pas à des malheureux et, enfin, il ne s’agissait que de ‘moldus’. Slughorn ne vouait pas de haine particulière à l’égard de ce peuple mais il appartenait à la vieille école, celle qui conservait de lourds préjugés malgré elle. Lorsqu’il enseignait à Poudlard, de brillants élèves, à l’instar de la charmante Lily Evans, lui avaient prouvé que les nés moldus pouvaient surpasser les fils de grandes familles sorcières, mais ce constat le surprenait toujours un peu. Les moldus quand à eux, le laissaient parfaitement indifférent. Sans aller jusqu’à les mépriser, il posait sur eux un regard condescendant, teinté d’incompréhension et de pitié. Baigné dans la magie depuis sa plus tendre enfance, il lui était difficile d’admettre que des êtres humains dépourvus de pouvoirs magiques pussent avoir autant de valeur que lui.

Bien installé dans un large fauteuil de cuir, son ample silhouette parée d’une robe de chambre de cachemire bleu roi, Slughorn songeait, une tasse de chocolat épais à la main, au carnage qu’il avait préparé en vain dans la maison précédente pour échapper à Dumbledore. Une idée stupide. Qui pouvait duper l’esprit vif et malicieux de ce grand sorcier, de ce vieil ami pour qui il n’avait plus rien d’imprévisible. Il ne voulait pas retourner à Poudlard… Du moins, il ne voulait pas s’afficher avec des membres de l’Ordre du Phénix et passer, aux yeux des mangemorts, d’allier potentiel à tête à couper. Ce n’était pas ainsi qu’il envisageait sa fin, lui qui avait toujours tout fait pour être apprécié et recherché. Mais il fallait l’avouer, la retraite n’était agréable qu’un temps. L’ambiance du château, les sourires joyeux de ses élèves préférés, ses petites magouilles pour faire leur bonheur en même temps que le sien en les hissant sur les plus hauts échelons de la société sorcière lui manquaient cruellement. Sa vie était tranquille, paisible, mais dénuée d’action, de but. Les fils de la toile sur laquelle il se reposait avaient été coupés par les recherches acharnées des mangemorts. Ses ‘fidèles’ n’arrivaient plus à le joindre depuis des mois, et sa rencontre avec le légendaire Harry Potter, sournoisement orchestrée par Dumbledore, lui avait fait réaliser leur douloureuse absence. Il était nostalgique, las de fuir sans but un ennemi coriace qui n’aurait de cesse tant qu’il ne serait pas définitivement détruit. Combien de temps faudrait-il encore ? Il avait toujours une santé solide. Son caractère flegmatique, sa tendance à se reposer sur les épaules des autres en toute circonstance – mieux valait occuper la place peu contraignante de conseiller que s’épuiser à la tâche – et son fort potentiel magique le mettaient pour l’instant à l’abris des soucis attaché à l’âge, mais il n’était pas certain qu’un tel rythme ne finisse pas par l’épuiser plus tôt que prévu.

Il avait cédé, un peu trop facilement peut-être, et il s’en voulait un peu à présent d’être tombé si vite dans les filets de ce satané Albus. Résister était un art difficile pour qui aimait être flatté et désiré. De plus, combien d’élèves aussi dignes d’intérêt qu’Harry Potter circulaient aujourd’hui dans les couloirs de Poudlard ? Il s’imaginait déjà retrouver les enfants de ses élèves préférés, et les aider comme il avait aidé leurs chers parents. Allons, son heure n’était pas arrivée. Il pouvait encore œuvrer pour toute une génération, retrouver l’amour de ses adorables petites têtes blondes, contribuer à leur notoriété et acquérir leur reconnaissance ainsi que les avantages qui allaient avec. Ses anciens élèves arriveraient de nouveau à le contacter, la solitude redoutée des âges avancés serait balayée. Il avait hâte finalement. Oui, hâte de retrouver les murs familiers du château, de découvrir de nouveaux talents, de rouvrir son club, qui constituait, selon lui, l’une des meilleures idées de sa longue vie. Le bon vieux Slug n’avait pas terminé son service, qu’on se le dise !


Profession demandée : Professeur de potions, directeur de Serpentard

Comment avez-vous connu le forum : Top-site
Revenir en haut Aller en bas
Li Lu
Lignée de

Lignée de
avatar

Messages : 4596

Feuille de personnage
Ethnie: Sorcier
Age & Rôle: 16 ans // 6ième année
Puissance Magique:
1950/5000  (1950/5000)

MessageSujet: Re: Horace Slughorn   Dim 29 Mar - 14:28

Je suis désolée mais le poste de professeur de potions est déjà occupé. Un autre cours te plairait-il ?

_______________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
 

Horace Slughorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Horace Slughorn (Professeur de Potions => Accepté )
» Horace Slughorn - Présentation
» (M) Thomas Brodie-Sangster - Romain Horace
» STRAWBERRY HILL - LE RÊVE ROMANTIQUE DE SIR HORACE WALPOLE
» Félix d'Horace, pour vous trousser ou vous détrousser.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aura Sperata, le souffle de l'espoir :: Répartition-